Le vitrail religieux : au commencement,
l'illustration des textes sacrés

Depuis le XIIe siècle, des vitraux illustrent les textes sacrés dans les édifices religieux. Le vitrail a été utilisé comme support de communication de l'histoire religieuse grâce aux talents des premiers maîtres verriers. Il existe encore aujourd'hui des vitraux de cette époque. Ils ont résisté au temps, aux guerres, aux pillages... et ornent encore certains monuments historiques, comme les églises, chapelles, abbayes, basiliques, cathédrales. Si les matériaux et les outils ont bien évolués depuis ces temps anciens, la technique est globalement restée la même avec des pièces de verres, cerclés de plomb de façon à maintenir l'ensemble.

C'est au niveau des verres que l'évolution a été la plus marquante à mes yeux, avec l'apparition des innombrables couleurs et des différentes textures. Les styles et les techniques ont également fait évoluer le vitrail religieux. Les baies des grandes cathédrales ont davantage laissé pénétrer la lumière, tous comme les rosaces ou encore les vitraux des transepts. Les verrières sont devenues des espaces entiers d'illustration et les sujets sont devenus moins figuratifs, laissant l'imagination achever les dessins. Chaque visiteur peut interpréter le vitrail en fonction de ses propres pensées. C'est le cas par exemple pour des vitraux du choeur et de l'abside de la cathédrale de Reims ou encore pour ceux de nef de la cathédrale de Nevers. Dans ce dernier site, les maître-verriers se sont attachés aux reflets des couleurs de leurs vitraux, selon les différentes heures de la journée.

Une page d'histoire : le vitrail au fil des siècles

Archange
Saint Raphaël,
un portrait de
Jean-Dominique Ingres

Cette réalisation du Vitrail Français est une reproduction partielle d'un vitrail présent dans la chapelle Notre-Dame de la Compassion à Paris

(17e arrondissement). Le dessin est signé de Jean-Dominique Ingres et daté de 1842-1843. 

archange Raphael

L'histoire du vitrail au fil des siècles 

vitrail religieux : personnage Sissinius

A propos
de ce vitrail Religieux

Cette réalisation du Vitrail Français est une reproduction d'une partie d'un vitrail figuratif ancien avec peinture à la grisaille et jaune d'argent. Il représente le Préfet Sissinius qui assiste (impassible) à la décapitation du premier Evêque de Paris (Saint Denis) en 241. Le vitrail s'intitule : "histoire du martyre de Saint Denis".

Dans les édifices religieux, les vitraux peuvent aussi être abstraits, en laissant le visiteur imaginer ce qu'il souhaite au regard du vitrail. Les maître-verriers recherchent les reflets de couleurs sur le sol même de l'édifice, en fonction des heures et de l'intensité lumineuse du soleil.

Selon les styles, les vitraux abstraits sont souvent chargés d'une grande richesse colorée. 

Restaurés par Le Vitrail Français, ces vitraux de l'église de Sigloy dans le Loiret sont situés au-dessus du porche d'entrée de l'édifice religieux. La lumière les traverse dès le matin et se réfléchit à l'intérieur de l'église comme un patchwork de couleurs.

Ces deux vitraux de même dimension respectent la loi de la symétrie tant dans les formes des verres que dans les couleurs.

vitrail religieux - sigloy

Le vitrail religieux abstrait

Les vitraux et édifices religieux : glossaire

Dans les églises, cathédrales, chapelles, les vitraux illuminent les lieux. Ci-dessous, plusieurs exemples permettent à la fois de les situer dans un édifice et de se familiariser avec le vocabulaire lié aux vitraux et à l'architecture. 

Cathédrale Saint-Etienne de Metz

6500 m2 de verrières

Avec cette superficie de vitraux (la plus importante en Europe, la cathédrale Saint-Etienne de Metz mérite bien son surnom de "Lanterne du bon Dieu". La cathédrale possède des vitraux anciens de style gothique flamboyant ou Renaissance dans les deux transepts, mais aussi des vitraux modernes comme ceux de Chagall dans le déambulatoire, et des vitraux cubistes comme ceux de Jacques Villon dans la Chapelle du Saint-Sacrement. 

Ce qui surprend en entrant dans la cathédrale Saint-Etienne de Metz, c'est la hauteur des verrières ! Jusqu'à trois étages ! 

Basilique de Saint-Nicolas-de-Port

Des verrières du XVIe siècle

Le 5 janvier 1477, le duc de Lorraine René II remporte devant Nancy une éclatante victoire sur son ennemi bourguignon Charles le Téméraire. Grâce à l'impulsion ducale, l'église de Saint-Nicolas-de-Port, élevé au rang de sanctuaire des Lorrains, est bientôt reconstruite. Les travaux commencent, semble-t-il, dès 1481. L'essentiel de l'édifice et avec lui son vitrage sont réalisés en l'espace d'une vingtaine d'années : en 1508-1510, le choeur est vraisemblablement déjà couvert et vitré. En 1511, la construction de la nef était commencée, pour être achevée en 1518. Enfin, la rose de la façade ouest, avec son grand vitrail, était certainement en place vers 1530. Seules les tours restaient alors à terminer, mais toutes les parties vitrées existaient. L'étude de ces verrières apporte de informations essentielles pour l'histoire du vitrail français et allemand de la Renaissance.

Eglise Saint-Georges de Sélestat

Des vies en vitraux (XV et XXe siècles)

Dite collégiale ou cathédrale, l'église Saint Georges de Sélestat a été construite aux XIII et XIVe siècles. Des vitraux illustrent la vie de plusieurs Saints (Sainte-Catherine, Sainte-Hélène, Sainte-Agnès, Saint-Georges, Saint-Michel...). Les vitraux les plus anciens sont ceux de Sainte-Agnès (1460), de Sainte-Catherine (1425) et celui dédié à Constantin et à l'invention de la Sainte-Croix par Ste Hélène (1420). Des vitraux plus récents (1967) ont remplacés ceux des verrières abîmées lors de la seconde Guerre Mondiale. 

 Paris : La Sainte-Chapelle

15 verrières représentent 1 113 scènes de l'histoire de l'Humanité

La Sainte-Chapelle située sur l'Ile de la Cité à Paris a reçu une décoration somptueuse et ses vitraux ont contribué à sa renommée. Dans la Chapelle haute, pas moins de 15 verrières représentent l'histoire de l'Humanité, de la Genèse à la résurrection du Christ. Du fond de la Chapelle en avançant vers l'abside, les quatre baies latérales (à gauche) illustrent la Genèse ; l'Exode ; le Livre des Nombres ; le Livre de Josué. Les six baies de l'abside représentent : le Livre des Juges ; le Livre d'Isaïe et l'Arbre de Jessé ; St-Jean l'Evangéliste et l'Enfance du Christ ; la Passion ; St-Jean-Baptiste et le livre de Daniel ; le Livre d'Ezéquiel ; Les Livres de Jérémie et de Tobie. Enfin, les baies latérales (à droite) illustrent les Livres de Judith et de Job ; le Livre d'Esther ; le Livre des rois ; l'histoire des reliques et de la Passion. La rose occidentale (dans l'axe du coeur) illustre le livre prophétique de Sant-Jean : l'Apocalypse.